Ignorer la navigation

Géographie

Le programme de l'année

Humanité et développement durable.

Première partie : la question du développement durable.

Qu'est-ce que le développement durable et pourquoi représente-t-il un enjeu pour la population mondiale ?

I – Les enjeux du développement durable.

La notion de développement durable s’est développée à partir de 1987, lors de la conférence de Rio. Pour les états présents, le développement durable consiste à envisager le développement de la planète, d’un pays, d’un lieu selon trois piliers : économique, social et environnemental. Il ne s'agit donc pas seulement de préserver l'environnement (écologie).
Le développement durable doit aussi prendre en compte l'avenir et les intérêts des générations futures et il doit être envisagé à différentes échelles : locale, nationale, mondiale.

II – La croissance de la population et le développement durable.

La Terre compte 7 milliards d'habitants. La croissance démographique continue ce qui augmente les besoins, mais elle ralentit. Cependant, notamment dans les pays les plus peuplés (Chine, Inde..), il s'agit d'y faire face en favorisant la croissance économique qui permet d'améliorer les conditions de vie, les revenus, l'éducation, les systèmes de santé. Mais cette croissance se fait parfois au détriment de l'environnement.
Certains pays disposent de réserves d'espace. Ils ont alors créé des fronts pionniers agricoles ou miniers pour se développer.

Deuxième partie : des sociétés inégalement développées.

La richesse mondiale ne cesse d'augmenter et pourtant, la pauvreté est loin d'avoir disparu. Comment cette pauvreté se manifeste-t-elle et quelles sont ses conséquences pour un développement durable et équitable ?

I – Des inégalités devant la santé.

A l'échelle mondiale, l'état de santé de la population s'est amélioré. L'espérance de vie (67 ans) augmente et la mortalité infantile diminue.
Pourtant les inégalités sont fortes à différentes échelles comme le montre l'exemple de la pandémie de sida : entre pays développés et pays pauvres, entre les régions d'un même pays, entre les catégories sociales.
Les progrès sanitaires sont une condition indispensable au développement des pays pauvres, notamment en Afrique et en Asie du Sud.

II – Des inégalités devant l'éducation.

A  l'échelle mondiale, si des progrès ont été faits, il reste encore près de 800 millions d'analphabètes et des millions d'enfants n'ont pas accès à l'école en raison de la pauvreté de leur famille, notamment en Afrique ou en Asie du Sud. Comme pour la santé, les inégalités sont fortes à toutes les échelles : mondiale, nationale, régionale, sociale. De plus, les filles sont plus touchées que les garçons.
L'éducation est déterminante pour savoir lire, écrire, compter, former des diplômés, donc pour le développement économique des pays et les conditions de vie des habitants.

III – Des inégalités devant les risques.

Les sociétés sont de plus en plus vulnérables face aux risques naturels majeurs comme les séismes (Haïti), les tsunamis (Asie du Sud-Est, Japon), les cyclones (Caraïbes)… Les 2/3 de la population mondiale vivent dans des zones à risques et les activités humaines aggravent souvent ces risques. Les catastrophes sont souvent plus meurtrières dans les pays les plus pauvres alors qu'elles sont plus coûteuses dans les pays développés.
De plus, dans les pays pauvres, les catastrophes naturelles sont des freins au développement durable.

IV – La pauvreté dans le monde.

La richesse moyenne de la population mondiale ne cesse d'augmenter. Pourtant, 1,4 milliards de personnes vivent avec moins de 1 dollar par jour, sont mal soignées, mal logées, mal nourries, n'ont pas accès à l'eau potable, aux soins, à l'éducation, à la culture et aux loisirs.
Là encore les inégalités sont fortes à toutes les échelles. On trouve des millions de pauvres, même dans les pays développés comme la France. A l'échelle mondiale, les Pays les Moins Avancés (PMA) sont nombreux en Afrique et en Asie du Sud.
La pauvreté est un frein au développement durable car elle pénalise le développement économique, elle dégrade les conditions de vie de la population et elle conduit à surexploiter les ressources et à accroître les pollutions.

Troisième partie : Des hommes et des ressources.

Les hommes sont de plus en plus nombreux, la richesse mondiale ne cesse d'augmenter, la pauvreté recule, mais les inégalités sont encore fortes. La population mondiale a-t-elle accès au ressources élémentaires, l'alimentation, l'eau potable, l'énergie et parvient-elle à préserver son environnement comme les océans ou l'atmosphère ?

I – La question des ressources alimentaires.

La production alimentaire mondiale est suffisante pour nourrir les 7 milliards d'habitants de la planète, notamment grâce à l'augmentation des productions agricoles et des échanges mondiaux. Pourtant des centaines de millions de personnes souffrent de la faim, en raison de leur pauvreté, en particulier dans les zones touchées par des conflits (Afrique, Asie du Sud). Même dans des pays gros producteurs agricoles, des régions ou des catégories sociales ne mangent pas correctement.
Les nouvelles technologies permettent de produire plus, parfois industriellement, et au risque de porter atteinte à l'environnement (OGM, pesticides...)

II – La question de l'accès à l'eau.

L'eau douce renouvelable est abondante sur la terre, mais elle est inégalement répartie. Les pays qui  manquent d'eau (stress hydrique, pénurie) sont le plus souvent situés dans des zones arides. D'autre part, la pauvreté aggrave les inégalités car elle ne leur permet pas de réaliser les aménagements (barrages, systèmes d'irrigation…) nécessaires.
L'eau est devient donc un enjeu important entre la population, les activités économiques. Elle peut aussi devenir source de conflits entre états.

III – Gérer les océans et leurs ressources.

Les océans couvrent les 2/3 de la planète et ils représentent une ressource importante, notamment pour la pêche et l'aquaculture. Ces activités créent des emplois, et elles permettent de nourrir des populations. Cette production a fortement augmenté mais elle stagne depuis 2006 car les ressources ne sont pas illimitées et elles ont été surexploitées.
L'ONU, des états, des ONG tentent de s'opposer à la surpêche et à assurer une exploitation durable des ressources.

IV – Ménager l'atmosphère.

La Terre a connu d'importantes variations climatiques au cours de l'histoire. Mais depuis le XIXè siècle, on constate un réchauffement climatique, probablement lié à l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre.
Les activités humaines et économiques conduisent à polluer l'atmosphère par des rejets de gaz et de poussières, notamment lié aux transports et à l'utilisation d'énergie fossiles (charbon, gaz, pétrole). Les États-Unis, l'Europe, les pays émergents comme la Chine sont les plus gros pollueurs de la planète.
L'ONU, des ONG, certains états cherchent à promouvoir l'utilisation d'énergie et de transports plus respectueux de l'environnement et de la santé. Mais ces mesures sont difficiles à mettre en œuvre dans les pays les plus pauvres.

V – La question de l'énergie.

Indispensable à la population et à l'économie, la consommation d'énergie n'a cessé d'augmenter, d'autant plus quand les états se développent. Après le charbon au XIXè siècle, les hydrocarbures couvrent l'essentiel des besoins mondiaux mais ils sont coûteux, polluants et ce sont des énergies fossiles non renouvelables.
D'autre part, la répartition est très inégale et les échanges sont mondiaux, car les principaux producteurs (Moyen Orient, Russie) sont souvent éloignés des zones de consommation (Etats-Unis, Europe, Asie Pacifique…)
Ces énergies fossiles s'épuisent et pour permettre un développement durable, les états tentent de réduire leur consommation, de développer les énergies renouvelable, (solaire, éolienne, géothermie…) ou la production d'électricité nucléaire, non sans risques.

Notions principales

Développement durable : Le développement durable consiste à envisager le développement de la planète, d’un pays, d’un lieu selon trois piliers : économique, social et environnemental. Il doit aussi prendre en compte l'avenir et les

intérêts des générations futures et il doit être envisagé à différentes échelles : locale, nationale, mondiale.

Croissance démographique : augmentation du nombre d'habitants, de la population.

Croissance économique : augmentation des richesses produites.

Activités économiques : l'agriculture, l'industrie, les commerces et services dont l'objectif est de gagner de l'argent.

Aménagement : action de transformer un lieu, notamment par des constructions, pour en améliorer l'utilisation.

Inégalités sociales : inégalités des revenus, des conditions de vie de la population d'un pays, d'une région...

Environnement : milieu de vie d'une population, formé notamment du climat, du relief, de la végétation naturelle, de l'atmosphère, des océans, des ressources en eau ou énergétiques...

Ressources naturelles : substance ou élément présent dans la nature que l'homme exploite pour répondre à des besoins en eau, en énergie, en alimentation...

Contraintes naturelle : élément naturel qui pose des problèmes ou impose des coûts supplémentaires aux activités humaines : (froid, aridité, fortes pentes etc.)

Échelles : dimension d'un territoire observé en géographie.

- Échelle locale : un petit territoire comme une ville.

- Échelle régionale : un territoire de la taille approximative d'une région.

- Échelle nationale : le territoire d'un pays.

- Échelle mondiale : observation du monde entier.